Mention Archéologie, Sciences pour l’Archéologie

Présentation de la Mention Archéologie, Sciences pour l’Archéologie

La mention Archéologie, sciences pour l'archéologie (Responsable Olivier Lemercier) comporte trois parcours :

- Préhistoire, Protohistoire (PP) Resonsable : Réjane Roure

- Géoarchéologie, Bioarchéologie (GB) Responsable : Nuria Rovira

- Ingénierie en archéologie préventive (IAP) Responsable : Luc Jallot

Le renouvellement de la mention de Master « Archéologie », créée en 2003, en Master « Archéologie, sciences pour l’archéologie » pour le contrat 2015-2020 accompagne l’évolution du laboratoire l’accueil et de ses thématiques de recherche avec pour ambition de renforcer la formation à la recherche par la recherche et la formation professionnelle des futurs chercheurs et praticiens de l’Archéologie programmée et préventive.

La formation comporte des enseignements théoriques et pratiques, des stages pratiques en milieu professionnel et la réalisation de travaux personnels donnant lieu à la rédaction et présentation de rapports ou de mémoires de recherche.

La volonté affirmée d’offrir à l’étudiant la possibilité de construire un parcours de formation adapté à son projet d’insertion professionnelle, de lier fortement Professionalisation et Recherche, et d’axer le contenu sur la formation à la recherche et la formation à un métier, nous ont conduit à construire une formation dans laquelle les parcours proposés sont fortement liés par la mutualisation de tous les enseignements ainsi que par la large part accordée aux stages et atelier pratiques.

La mention Archéologie est solidement adossée à la recherche au sein du Laboratoire « Archéologie des sociétés méditerranéennes » (ASM), UMR 5140 CNRS, UPV, MCC, Inrap. L’appui des équipes de l’UMR à la formation master et à la formation à la recherche par la recherche se traduit par :
1) l’adéquation entre les thèmes/axes de recherche et le contenu des enseignements,
2) la participation des chercheurs à l’élaboration des contenus,
3) la participation des chercheurs et ingénieurs du Laboratoire à l’enseignement,
4) l’accueil des étudiants dans les séminaires de recherche de l’équipe,
5) l’encadrement des travaux d’étude et de recherche,
6) la mise en place de chantiers-écoles.

 

Parcours Préhistoire Protohistoire
 

Maquette du Master 1 et Master 2 du parcours Préhistoire, Protohistoire (sous réserve d’accréditation) : Parcours_PP (format PDF - 204.8 ko)

Thématiques :
Archéologie des sociétés de la Préhistoire récente de Méditerranée et d’Europe,
Archéologie des sociétés de la Protohistoire de Méditerranée et d’Europe
Préhistoire et Protohistoire d’Afrique et d’Asie
Archéologie funéraire.

La formation prend appui sur l’équipe « Sociétés de la Préhistoire et de la Protohistoire » (SPP) dont le champ chronologique couvre les six derniers millénaires avant notre ère de la Préhistoire récente à la fin de la Protohistoire et repose sur une forte tradition régionale qui ancre depuis longtemps la recherche sur le Néolithique et sur les âges du Bronze et du Fer en France méridionale et Méditerranée occidentale.

Les axes de recherche portent sur :
1) Dynamiques des habitats et du territoire,
2) culture matérielles, chronologies et systèmes économiques,
3) Pratiques funéraires, rites et sanctuaires,
4) Interactions méditerranéennes
5) Préhistoire et Protohistoire africaines qui repose sur des missions archéologiques en Afrique du Nord.

 

Parcours Géoarchéologie Bioarchéologie
 

Maquette de Master 1 et Master 2 du parcours Géoarchéologie, Bioarchéologie (sous réserve d’accréditation) : Parcours_GB (format PDF - 205.6 ko)

Principaux domaines d’étude :
Géoarchéologie
Bioarchéologie (Archéobotanique, Archéozoologie)
Paléoenvironnement

L’objectif principal de ce parcours est d’identifier et mesurer les relations entre les sociétés et les milieux géographiques à l’aide des données issues de la géoarchéologie et la bioarchéologie.
Deux champs de recherche principaux sont développés en particulier depuis le Néolithique. D’une part les rapports des sociétés aux facteurs et phénomènes naturels : changements climatiques, dynamiques morphosédimentaires littorales, lagunaires ou fluviales, dynamiques du couvert végétal ou environnement animal. D’autre part la caractérisation des systèmes d’exploitation et de production des ressources carnées, halieutiques et végétales, leur impact sur l’environnement, ainsi que la reconnaissance de pratiques humaines socioéconomiques et symboliques à travers l’évolution des techniques.

L’apprentissage s’effectuera par l’acquisition des fondamentaux des disciplines et par des exemples de recherches actuelles effectuées par les intervenants sur les pourtours de la Méditerranée.

 

Parcours Ingénierie en archéologie préventive

 

Maquette du Master 1 et Master 2 du parcours Ingénierie en Archéologie Préventive (sous réserve d’accréditation) : Parcours IAP (format PDF - 207.5 ko)

Le parcours professionnel ingénierie en archéologie préventive prépare en deux ans aux métiers et spécialités de l’archéologie préventive. Un double enseignement, scientifique et technique et des stages de longue durée en archéologie préventive offrent une formation complète et de haut niveau. Dès la première année, les étudiants peuvent se spécialiser dans un des nombreux domaines de cette discipline (céramologie, industries, période chronologique,…). L’enseignement est dispensé par des professionnels de l’archéologie préventive, des enseignants-chercheurs, des chercheurs du CNRS, du Ministère de la Culture, et des collectivités territoriales.

Les diplômés sont particulièrement bien armés pour souscrire aux propositions d’embauche de l’Inrap et des entreprises agrées du secteur privé. Le taux d’embauche à la sortie du master est actuellement d’environ de 95 % de placement en CDD.

Les concours de l’Inrap, du CNRS et du Ministère de la Culture leurs sont également ouverts. Les débouchés sont ceux de : technicien spécialisé à ingénieur et responsable d’opération en archéologie préventive ; attaché de conservation dans la fonction publique territoriale, Ingénieur d’étude du CNRS ou du Ministère de la Culture ; conservateur du Patrimoine (après concours d’accès à l’INP).